La Danseuse de cire (récit)

Maria Clark, La Danseuse de cire, La plâtrière éd., réédition 2020, 56 pages, 9 euros.

« L’histoire de Grande Mère est la mienne. »
Invalide, tiraillée entre l’envol et la chute, une femme, assistée par sa grand-mère, est confrontée en ses derniers instants à ses souvenirs personnels et transgénérationnels. À travers une narration ciselée et imagée, on la devine danseuse, amoureuse, femme, enfant, mère, issue d’une lignée d’exilé.e.s.
Réédition d’un récit court (publié une première fois en 2003), avec sa nouvelle couverture-peau de l’auteur.
#corps, #achronologie, #mémoire, #érotisme, #transmission, #exil.
À commander chez votre libraire ou par courriel à: la.platriere@yahoo.fr

« L’histoire de Grande mère est la mienne. »
Immobile, tel Joe Bonham dans Johnny Got His Gun, une femme est confrontée à ses souvenirs personnels et transgénérationnels.

Réédition d’un récit court publié une première fois en 2003.
#achronologie, #corps, #érotisme, #mémoire, #transmission, #exil.

What do you want to do ?

New mailCop

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailC

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s