La Danseuse de cire (récit)

Maria Clark, La Danseuse de cire, La plâtrière éd., réédition 2020, 56 pages, 9 euros.

« L’histoire de Grande Mère est la mienne. »
Immobile, figée, tiraillée entre l’envol et la chute, une femme est confrontée en ses derniers instants à ses souvenirs personnels et transgénérationnels. À travers une narration ciselée et imagée, on la devine danseuse, amoureuse, femme, enfant, mère, issue d’une lignée d’exilé.e.s.
Réédition d’un récit court publié une première fois en 2003.
#achronologie, #corps, #érotisme, #mémoire, #transmission, #exil.
À commander chez votre libraire ou par courriel à: la.platriere@yahoo.fr

« L’histoire de Grande mère est la mienne. »
Immobile, tel Joe Bonham dans Johnny Got His Gun, une femme est confrontée à ses souvenirs personnels et transgénérationnels.

Réédition d’un récit court publié une première fois en 2003.
#achronologie, #corps, #érotisme, #mémoire, #transmission, #exil.

What do you want to do ?

New mailCop

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s