À bras-le-corps

Maria Clark, À bras-le-corps, La plâtrière éditions, 2012, 72 pages, 10 euros.
abraslecorps.jpg

 

« Je donne mon corps à l’art et à l’étude de l’art. Voilà qui est dit. » D’intimes réflexions sur les activités de modèle et d’artiste-performer.
À commander chez votre libraire ou en faisant la demande par courriel à: la.platriere@yahoo.fr

 

 

Avant-propos
Ce texte aurait pu avoir pour titre Autoportrait d’un modèle. Mais il s’agit d’une histoire de corps – tête incluse, oui. Il aurait fallu donc spécifier « autoportrait en pied ». C’est l’autoportrait en pied d’un modèle.
Modèle est pris ici dans un sens plus large que celui communément admis du modèle qui pose pour un peintre. Il ressemble plutôt, en bien des points, à celui avec lequel travaille Robert Bresson. Le cinéaste préférait le mot de modèle à celui d’acteur. Pour lui, le modèle est une personne vraie, qui ne joue personne, dans l’être avant tout, et dont le mouvement va du dehors vers le dedans. (Il l’oppose ainsi au paraître et au mouvement de l’acteur, du dedans vers le dehors.)
Il se trouve que mon travail d’artiste-performeur, dont je parle également ici, suit cette même direction. Il est en correspondance avec mon travail de modèle. Ces deux activités, qui tissent mon quotidien depuis de nombreuses années maintenant, sont en effet liées. Je n’avais aucunement envie de parler de l’une sans parler de l’autre, d’exclure l’une au profit de l’autre. Et je ne pouvais pas non plus ne pas parler de moi. J’ai donc opté pour un essai intime.
Au fil des lignes et des allers et venues, des points et des ponts se dessinent. Il est question de présence, de nudité, de représentation, d’exhibitionnisme, de don, d’engagement, de temporalité, d’immobilité, de cloisonnement, d’entre-deux.
Je décris le déroulement des séances de pose, me penche ensuite sur mes œuvres plastiques et performatives, questionne mon rapport au travail, à l’action.
Ceci est un manifeste. J’y expose ma position, individuelle, collective, esthétique et politique. C’est un témoignage, avec tous les sens et contresens inhérents à n’importe quels parcours et point de vue. Hormis le fait qu’il décrive à grands traits des activités complètement méconnues, j’espère qu’il viendra alimenter chez chacun le désir de trouver sa propre ampleur. C’est ce qui me tient le plus à cœur. Il est essentiel d’avoir cette force, pour soi, pour le vivre-ensemble, et pour échapper à toutes les sortes de manipulations, conscientes et inconscientes, et d’idées reçues qui parsèment notre quotidien.
J’aime l’idée de transmission. Cette transmission, c’est le moment même de l’acte de la pose, celui de l’acte de la performance. C’est ma position, mon travail artistique. C’est l’écriture de ce texte.
J’aime les mots. Et j’aime le silence.
J’aime beaucoup le silence.
Paris, 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’art corporel du modèle contemporain

Paru en 2009 sur elles.centrepompidou.fr à l’occasion de l’exposition Elles@centrepompidou

riberzani-219x320.jpg
© Riberzani

Maria Clark naît en Angleterre dans une famille mixte franco-britannique. Elle vit et travaille à Paris. Son travail considère les problématiques du corps, du langage ; des territoires et des frontières.  Il développe les thématiques du mouvement (corporel, migratoire) et de l’immobilité — poussée jusqu’à l’immobilisme. Ses propositions, de plus en plus engagées, s’inscrivent volontiers dans l’espace public de la rue. La première création de sa nouvelle série de performances sera présentée à Toulouse en septembre, Activist Bondage : Le corps de l’artiste, nu et immobile, fait œuvre. Artistique, esthétique et militant.

Si je tiens ici à livrer mon témoignage, c’est qu’il me semble essentiel de rappeler que le modèle physique, source d’inspiration du vivant, a sa place justifiée dans le paysage de l’art contemporain. Les arts actuels ne sont pas seulement les «beaux-arts» ; et les «expériences artistiques» relèvent également du champ esthétique…

Je vis mon activité de modèle comme celle de ma pratique de performeuse : une série d’actes militants, uniques et créatifs.
Le sens et la direction de mon travail, mon engagement physique et psychique, la mise en relation esthétique des formes, des lignes et des espaces, mon état d’être (ou de présence au monde) sont en effet similaires.

Être modèle du vivant, dans le sens d’un “Body Art”

Le Body Art, ou art corporel, est défini comme étant «un ensemble de pratiques artistiques effectuées sur et/ou avec le corps». L’esthétique de la présence du modèle pourrait-elle s’engager dans cette définition ? La position du modèle est ambiguë. «Au service» de l’artiste qui va utiliser sa force de proposition pour créer, le modèle est pourtant sur l’instant même de sa présence tel un performer, en «pratique artistique» – du moins c’est comme cela que je le vis. (Il y a certainement autant de possibilités d’aborder ce métier qu’il y a d’individualités et d’intimités. Chaque modèle a son style, sa façon «d’être» du métier).

J’ai eu personnellement la chance de travailler plusieurs années avec le peintre Daniel Riberzani qui reconnaissait l’importance de mon engagement dans cet instant spécifique de la rencontre créative entre le modèle et le peintre. Il a toujours parlé de «notre» travail. J’étais, à cette époque, très militante dans la lutte pour les sans-papiers et j’arrivais au séances de travail chargée de colère. Daniel était également dans une colère sociale.
Notre travail a finalement consisté à mettre en relation nos deux états intérieurs de violence, dans le sens positif du terme – celui qui fait bouger les choses – dans un processus alchimique de création : moi avec mon corps, lui avec ses crayons.
Les dessins qui existent de cette période sont à mon avis les meilleurs qu’il ait réalisés avec moi. En tout les cas, ce sont ceux dans lesquels je trouve la plus forte résonance de ce que j’ai créé par l’affirmation de mon corps en tant que «corps incarnant, gage d’une fusion de l’art et de la vie».

Finalement, je définirai deux moment clés qui font œuvre :
– Le moment de l’acte créatif, «l’événement de l’œuvre», celui de la performance du modèle, de sa rencontre avec le peintre ; création vouée à disparaître.
– La finalisation, «l’avènement de l’œuvre», une création différente de la première ; celle qui reste.
C’est effectivement le peintre (le sculpteur ou le photographe) qui réalise cette trace. Il a donc tous les honneurs de l’artiste, ce qu’il est, nous sommes bien d’accord. Mais le modèle, lui, n’aurait-il servi qu’à réaliser cette œuvre-là ? Celle qui finalement sera accrochée dans les musées…
Et si, à l’heure où le champ de la performance et de l’art s’est considérablement élargi, le moment de l’expérience performative du modèle était lui aussi considéré comme faisant œuvre ? La pratique contemporaine du modèle pourrait peut-être enfin remettre en question les idées classiques et passéistes si présentes dans l’imaginaire collectif, et que le modèle se trimballe malgré lui.